Culture

[Fête] La Fête des Lanternes 元宵节 / 元宵節

La fin des festivités du nouvel an lunaire

Clôturant les festivités du nouvel an lunaire, la Fête des Lanternes a lieu chaque année la 15ème nuit de la première lune, soit la première lune de la nouvelle année. Devenu populaire sous la dynastie des Han (206 av. J.-C. à 220 ap. J.-C), cette fête offre toujours un spectacle superbe. La population, en majorité des enfants accompagnés de leurs parents, sort à la nuit tombée pour une promenade, une lanterne à la main, de formes variées, à la base en papier illuminés à la bougie (huadeng 花燈), concurrencée de nos jours par des équivalents plastiques fonctionnant à piles, à l’effigie des personnages de dessins animés, d’animaux, plantes, scènes légendaires ou mythologiques. Hérité de dynastie des Song (960-1279), de nombreuses lanternes arborent des devinettes, permettant à ceux en trouvant les réponses de voir s’offrir des cadeaux. Très appréciée, cette pratique est populaire dans toutes les couches sociales chinoises.

La journée est parsemée de festivités et représentations artistiques avant le fantastique spectacle lumineux du soir, embrasant la ville de couleurs et de décorations pharaoniques, mêlés au bruit des pétards (interdits en dehors des festivités du nouvel an) La Fête des Lanternes se caractérise aussi par les tangyuan 汤圆. Boulettes de farine de riz gluant consommées dans du bouillon de viande ou dans une soupe sucrée, auquel cas elles sont souvent fourrées de poudre de sésame, d’arachide et de sucre, ou de pâte de haricot azuki sucrée, elles prennent pour l’occasion le nom de yuanxiao 元宵.

L’origine

Concernant l’origine de cette fête, plusieurs théories sont avancées, entre traditions et légendes.

Du côté historique, la fête rendait à l’origine hommage aux astres, à travers une cérémonie d’offrande à destination de l’unité suprême (tai yi), élément essentiel de la cosmologie chinoise se déroulait du crépuscule au lever du jour. Les lanternes étaient alors présentes dans les temples où elles étaient suspendues en hommage au seigneur du ciel, Tian Gong. Cette tradition a été perpétuée avec la propagation du bouddhisme dans l’Empire. Sous la dynastie des Han, l’Empereur, constatant que les moines avaient coutume le 15 du 1er mois lunaire de regarder les reliques du bouddha et d’allumer des lampes pour honorer les dieux, ordonna de faire de même en allumant des lanternes au sein du palais impérial ainsi que dans les temples afin d’honorer Bouddha. L’Empereur en déploya d’ailleurs tellement que Bouddha serait descendu du ciel afin de venir les observer de plus près.

D’autres légendes relatent que l’origine de la fête est le fait de la colère d’un dieu, qui menaçait d’incendier la capitale le 15e jour du premier mois lunaire. Une personne astucieuse aurait alors eu l’idée de faire sortir tous les habitants dans la rue ce soir-là avec des lanternes rouges, et d’en accrocher à toutes les portes, afin que le dieu, croyant la ville déjà en proie aux flammes, se retire. Dans la version la plus populaire, la menace divine est un canular monté par un conseiller impérial au grand cœur afin de permettre à une jeune servante du palais de sortir et de revoir sa famille pour un soir.

Sources : Chine Informations, Chine Nouvelle, Wikipédia, CCTV.
Photos : ZUMA24.com Luo Zhiken, AP / Wally Santana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*