Musique

Interview de Cicada

Je vous parlais il y a peu du nouvel album et du premier MV de l’excellent groupe taiwanais au nom de cigale, Cicada. Afin d’en connaître un peu plus sur le groupe, rien de mieux qu’une petite interview découverte, en compagnie de Jesy Chiang, compositrice et pianiste du quatuor. Mélangeant délicatesse et sensibilité, Cicada nous offre des morceaux mixant musique classique contemporaine et inspiration orientale, offrant ainsi une expérience sonore spéciale et poétique. Le groupe possède aussi de nombreux liens avec des artistes taiwanais de tout genre, les covers de leurs albums étant par exemple réalisées par une artiste féminine de l’île. Si vous souhaitez vous procurer les albums du groupe, n’hésitez à vous rendre sur YesAsia où ils sont disponibles pour une somme modique (environ 11€) ou en format numérique (uniquement en MP3 malheureusement) sur l’iTunes Store. Et pour soutenir le groupe, leur page Facebook vous attend.

Bonjour et merci d’avoir accepté cette interview. En France, vous n’êtes connus que d’une petite communauté, pouvez-vous vous présenter aux personnes qui ne vous connaissent pas encore.

Bonjour, je m’appelle Jesy Chiang, je suis la pianiste de Cicada, et c’est moi qui vais répondre aux questions. Cicada est un groupe de musique de chambre à Taiwan. Le groupe se compose d’une violoniste, d’une violoncelliste, d’un guitariste acoustique et d’une pianiste. Nous sommes ravis de parler avec les français.

Cicada s’est formé en 2009. Parlez-nous un peu de la formation du groupe et de ses débuts.

Tout au début, nous voulions juste enregistrer un album, ainsi nous avons demandé à de bons copains de nous aider. En 2010, Ólafur Arnalds (célèbre multi-instrumentiste et producteur islandais) a fait une tournée en Asie. Heureusement, nous avons eu la chance d’être retenu pour jouer durant le spectacle. En plus, c’était notre première fois pour nous. Puis, petit à petit, nous en sommes arrivés là.

Le nom du groupe, Cicada, est en relation avec l’animal du même nom. Pourquoi avoir choisi ce nom ?

J’ai toujours aimé l’image de la cicada. Les gens sont conscients de l’existence des cigales par leur son, mais pas de leurs formes.

Vous utilisez comme instruments le violoncelle, le violon, la guitare acoustique et le piano. Pourquoi avoir fait le choix de ces instruments plutôt que d’autres ?

Dans notre groupe, la mélodie principale se compose du violon (張靖英 Anne) et du violoncelle ( 林宛縈 Wan-ing), et le rythme est donné par le piano (江致潔 Jesy) et la guitare (江睿哲 Bambi). Ces quatre instruments ont différentes qualités et intervalles, ce qui peut donner une ambiance harmonieuse et confortable. C’est la manière que nous souhaitons présenter.

Expliquez-nous un peu votre processus créatif : qu’elles sont les étapes de votre processus de composition ? Combien de temps mettez-vous en moyenne pour terminer un morceau ?

Actuellement c’est à la base le piano, après nous faisons le ‘jam’, et je modifie la partition. Normalement, après 4 fois (à peu près un mois), le morceau est terminé.

Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Principalement, les expériences de la vie, les romans, les films,… nous inspirent. L’album de 2011, 散落的時光 Pieces, par exemple, est une série d’histoires. Mais nous sommes en train d’écrire de nouvelles chansons, au sujet de la terre de Taiwan.

Votre premier EP, Over the Sea / Under the Water…, est sorti l’année dernière. Pouvez-vous nous en parler un peu (thèmes, inspirations,…) et de la façon dont il a été enregistré (dans une ‘room’ il me semble) ?

L’EP Over the Sea / Under the Water inclus diffèrent thèmes. Le morceau « Over the Sea / Under the Water » est consacré aux victimes du typhon Morakot en 2009. Le troisième morceau parle d’un chat, décrivant un animal de compagnie devenant un chat errant près de chez moi. Les trois derniers morceaux concernent une série d’adieux. Nous avons juste voulu écrire ses œuvres, pas de budget, ni d’envie de les mettre en vente, donc je les ai tout simplement écrites dans la salle de séjour d’un ami. Malgré les efforts pendant le processus, nous avons quand même eu la chance de réussir.

Vous venez tout juste de tourner votre premier MV. Il est esthétiquement et visuellement très réussi avec une atmosphère poétique. D’où vous est venu l’inspiration et comment c’est passé le tournage ?

Le réalisateur est parti par l’image du titre « drowning in the fog of yours » , il a laissé chacun de nous se souvenir de quelque chose en des lieux et temps différents, quant à la danse, nous avons toujours désiré essayer.

Une chose très spéciale, c’est que nous avons été aidé par l’ITR (Institut de recherche technologique). Par conséquent, nous avons une version 3D. Nous sommes content d’avoir pu travailler ensemble avec tant d’amis dans le domaine de l’art sur cet album et ce clip.

Voir la version 3D du MV.

Votre nouvel album, 散落的時光 Pieces, est disponible depuis quelques semaines. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Cet album est une série d’histoires. Cela parle de la mémoire, de lutter, se débarrasser, enfin avancer tout seul. Par ces actions on réfléchit. « 散落的時光 Pieces » est aussi un fragment de la mémoire. Cette fois, comme d’habitude, nous avons utilisé l’enregistrement synchronisé, il n’y a pas de coupe, nous voulons garder la vitalité de la musique.

Parlez-nous un peu de la scène indépendante à Taiwan. Est-il difficile d’être un artiste indépendant à Taiwan ? Quel regard portez-vous sur le marché musical taiwanais ?

Il y a plein de groupe à Taiwan, surtout à Taipei, Taichung et Kaohsiung. Ainsi, il est facile de trouver quelqu’un ou avoir une opportunité de jouer avec quelqu’un. Pourtant, le marché est trop petit. Les membres de la plupart des groupes doivent chercher un emploi complet pour vivre. De plus, il est difficile de faire la promotion à l’étranger.

En effet, la musique indépendante à Taiwan est très active, les styles divers. Avant, il était difficile de devenir populaire, mais récemment, la situation a changé. De plus en plus de groupes sont connus, l’environnement est très animé.

Avez-vous des groupes ou artistes taiwanais à nous présenter ?

La chanteuse Enno Cheng. Elle a sorti son premier album récemment, nous avons écrit quelques morceaux pour elle.

Aux personnes qui vous découvrirez avec cet interview, quel morceau leurs conseillerez-vous comme le plus représentatif de votre univers pour débuter ? Ou tout simplement votre morceau préféré ?

« No Words ». Sur cette chanson, nous essayons un style que nous n’avons jamais fait, avec des sons aux sentiments plus indifférents, en essayant de dépasser la tristesse de l’EP.

Quelles sont vos futurs projets ?

L’année prochaine, nous allons sortir un album à propose de Taiwan. Il concerne la visite de la côte ouest de Taiwan. En plus, une nouvelle membre va nous rejoindre.

Connaissez-vous des artistes français ?

J’aime bien « Coco Rosie », Richard Galliano, et aussi Phoenix, Justice.

Pour terminer, avez-vous un message pour vos fans français ?

Nous sommes ravis que vous nous écoutiez. Nous espérons qu’un jour nous pourrons aller en France vous voir. Le nouvel album de Cicada est sorti le 10 septembre. Merci pour votre soutient.

Remerciement spécial à Jesy Chiang, à tous les membres du groupe, ainsi qu’à Suchi Wang pour sa grande aide dans la traduction des réponses – Interview réalisée en septembre / octobre 2011.
Si des tournures de phrases ou des points vous semblent bizarres n’hésitez pas à me le signaler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*