Culture

Quelles langues parle-t-on à Taiwan ? Mandarin, Taiwanais, Hakka ?

Même si le mandarin est la langue officielle en vigueur à Taiwan, elle est loin d’être la seule langue parlée et surtout, n’est pas la langue maternelle d’une bonne partie de la population. Pour mieux si retrouver, voici un petit état des lieux des différentes langues parlées, ou que l’on peut croiser, sur l’île.

Le mandarin

La langue officielle du pays est, depuis la fin de l’occupation japonaise en 1945, le mandarin, ou 國語 (guóyǔ – langue nationale) comme il est coutume de l’appeler à Taiwan. Le mandarin est à l’origine la langue des « continentaux », débarqués de Chine entre 1945 et le retrait du KMT à Taiwan en 1949, après sa défaite dans la guerre civile chinoise face au Parti Communiste de Mao. Le KMT ayant fait main basse sur toute l’administration locale à son arrivée, la langue s’impose ainsi, en plus du domaine militaire, au niveau administratif. De même, sous la « présidence » de Tchang Kaï-chek 蔣介石, il était formellement interdit, ainsi que fortement réprimé, de s’exprimer dans une autre langue que le mandarin. Dès 1948 les différents dialectes sont interdits dans le milieu scolaire. 10 ans plus tard, en 1959, c’est au tour du doublage des films en langue taiwanaise de se voir prohiber.

Le taiwanais

Parlé par près de 70% des habitants de l’île, le taiwanais appartient à la famille des langues sino-tibétaines et tire ses racines du minnan, langue parlée par environ 50 millions de personnes dans le monde, situées principalement dans le sud de la Chine. C’est d’ailleurs par des colons venant de cette région et plus particulièrement de la province du Fujian , persécutés chez eux et s’étant réfugiés à Taiwan, que le minnan est arrivé sur l’ile. Le minnan importé s’est mélangé avec la langue Hakka et le japonais pour évoluer d’une manière différente du minnan continental. Le taiwanais est aussi désigné sous les termes Holo ou Hokkien Taiwanais.

Le Hakka

La langue Hakka, ou 客家話 (kè jiā huà) en chinois / 客家語 (hak-kâ-fa) en hakka, est la langue maternelle d’environ 11% de la population taiwanaise. La communauté Hakka, qui représente environ 15% de la population de l’île, descend d’immigrés chinois Hakka qui ont commencé à arriver à Taiwan au 13ème siècle. Ces immigrés sont à la base des chinois du Nord qui émigrèrent vers le sud, notamment vers le Guangdong et le Fujian, pendant le règne des Song du Sud (1127-1279), lorsque le nord de la Chine fut envahie par des tribus venues d’Asie centrale. Grâce aux efforts fait au niveau des réformes linguistiques la langue Hakka reçoit un intérêt renouvelé.

Langues aborigènes

Mais avant l’arrivé des colons et migrants, et avec eux de leurs langues propres, des peuples aborigènes étaient déjà présents sur place. On date d’ailleurs l’arrivée des premiers austronésiens sur l’île vers il y a environ 5000 ans. Même si le nombre d’aborigènes, toute ethnie confondue, a fortement diminué au fil des siècles, les langues aborigènes, ou langues formosiennes, d’origine austronésienne, sont toujours présentes et utilisées par leurs descendants, bien que le nombre de locuteurs soit lui aussi en très fort recul. Comme pour le taiwanais, les différentes langues aborigènes ont été influencées par les différentes langues arrivées par la suite sur l’île. Il y avait au total 26 langues aborigènes présentes dans l’île. Dix sont maintenant des langues mortes, cinq n’en sont pas loin et plusieurs autres sont à différents niveaux en voie de disparition. Côté ethnies, Taiwan en compte, officiellement, seize principales : les Amis, les Atayal, les Bunun, les Kavalan, les Paiwan, les Puyuma, les Rukai, les Saisiat, les Sakizaya, les Da’o (Yami), les Thao, les Truku, les Tsou ,les Seedeq, les Hla’alua et les Kanakanavu. Les groupes les plus importants sont les Ami, les Atayal et les Païwan. Au total, ils représentent environ 2% la population, soit environ 510 000 personnes.

Le japonais ?

Même si le japonais n’est pas une langue en vigueur à Taiwan, en tendant l’oreille, dans les parcs notamment, il n’est pas rare d’entendre des personnes d’un certain âge s’exprimer dans la langue de Mishima. Sous l’occupation japonaise (1895 – 1945), la langue de l’occupant japonais s’est vu progressivement imposer comme langue officielle de l’île. Ainsi, les taiwanais nés entre la fin du XIXème siècle et le début des années 40 ont baigné dans la langue japonaise. Donc, les personnes, de moins en moins nombreuses il est vrai, nées dans les années 30 / 40 ont le japonais comme langue quasi-maternelle et l’utilisent encore par moment. De nos jours, le japonais reste l’une des langues les plus étudiées dans le cadre scolaire.

Quelques infos complémentaires

Depuis la levée de la loi martiale en 1987, parler taiwanais ou hakka n’est plus répréhensible et l’utilisation de ces deux langues est même encouragée avec différentes actions, comme l’enseignement obligatoire du Hakka à l’école primaire depuis 2001 ou encore l’annonce des stations de métro et de train en mandarin, taiwanais, hakka et anglais. De même, lors des élections, il n’est pas rare de voir des candidats s’exprimer plutôt en taiwanais qu’en mandarin.

Crédit photo : C Lin

N’hésitez pas à m’indiquer dans les commentaires ou via la formulaire de contact les erreurs ou inexactitudes que j’ai pu commettre dans cet article.

Commentaires

5 Comments

  1. Une question assez bêtes en soit, mais étant donner que je ne trouve pas sur le net de réponse:

    où peut-on apprendre le Taiwanais (et le Hakka par la même occasion) en France? Existe t-il des livre pour l’apprendre?

    Répondre

    • Je n’ai pas connaissance de cours de taiwanais en France hormis à se tourner vers des taiwanais(es) qui pourraient te proposer des cours.

      Côté livre, comme introduction je peux te conseiller le « Parlons Taiwanais » chez L’Harmattan de Rémy Gils. En anglais tu as « Taiwanese Grammar: A Concise Reference » de Philip T. Lin. Je ne l’ai pas (encore) lu mais tous les échos sont excellents.

      Sinon, tu peux aussi trouver une petite sélection de livres par ici : http://tailingua.com/resources/books/

      Répondre

  2. Je pense qu’il y a une petite erreur dans le 3 ème paragraphe au niveau du pin Yin

    客家語 ke4 jia1 yu3 (ㄎㄜˋㄐㄧㄚ ㄩˇ)

    Je pense que tu voulais dire la chose suivante

    客家話 ke4 jia1 hua4 (ㄎㄜˋㄐㄧㄚㄏㄨㄚˋ)

    Cordialement.

    Répondre

    • Effectivement ! 客家語 est le terme utilisé par les Hakka pour qualifier leur langue et non la transcription chinoise, la version pinyin est donc erronée. C’est corrigé en apportant la précision. Merci beaucoup ;-)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*