Culture

Taiwan, l’île aux multiples noms : Formose, Taiwan, République de Chine, Chinese Taipei

Pour qualifier ou parler de Taiwan, on entend bien des termes. De Taiwan à République de Chine, en passant par Formose ou Chinese Taipei, petit retour sur ces différents noms et leurs origines.

Formose puis Taiwan

L’apparition du nom Formose pour qualifier Taiwan date de 1542 et l’arrivée de marins portugais sur l’île. Arrivant au large des côtes taiwanaises, les marins, éblouies, à raison, par la beauté de celle-ci, s’exclamèrent, selon la légende, « Ilha Formosa ! », « la belle île ». Le terme de Formose est né et sera ensuite repris en Europe pour désigner Taiwan et restera la forme principale sous laquelle l’île sera connue de par chez nous jusqu’au XXème siècle. Après les portugais ce fut au tour des hollandais, poussés par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales de mettre pied à terre à Taiwan, en 1624, et d’installer un comptoir sur un lieu qui deviendra plus tard Anping, situé non loin de Tainan. Ils y érigèrent notamment le Fort Zeelandia, qui siège toujours au bord de la baie de nos jours. Un village voisin est alors occupée par une tribu aborigène, toujours existante mais non reconnue officiellement, les Siraya. Le village en question se nomme Taiyuan ou Taiwuan 1. C’est ce nom qui donnera par la suite le terme Taiwan et qui servira à qualifier l’île, et ses dépendances, dans sa globalité. Les hollandais seront chassés de la place en 1662 par Koxinga, qui instaura le Royaume de Tungning dans le sud de l’île avant que l’Empire Qing ne reprenne le contrôle en 1683. L’utilisation du terme de Taiwan pour qualifier l’endroit est formalisée l’année suivante, en 1684, avec l’établissement de la Préfecture de Taiwan.

La République de Chine 中華民國

Après la période coloniale japonaise (1895-1945) et la reddition de ces derniers le 2 septembre 1945, Taiwan se voit incorporer à la République de Chine, proclamée en 1912. En 1949, suite à la défaite des troupes nationalistes de Chiang Kai-shek face aux communistes de Mao sur le continent, le gouvernement de la République de Chine, et 2 millions de soldats et réfugiés, se replie à Taiwan. La capitale est transférée de Nankin à Taipei le 10 décembre de la même année. Taiwan prend ainsi comme dénomination officielle la nom de République de Chine 中華民國. C’est d’ailleurs toujours le nom officiel du pays aujourd’hui, comme indiqué dans la constitution ou encore présent sur les passeports, même si le nom de Taiwan est le plus couramment utilisé, et qu’une part toujours plus importante de la population locale souhaite un changement de nom pour celui de République de Taiwan.

Chinese Taipei

Un autre terme revient lors de manifestations sportives ou d’événements internationaux pour qualifier Taiwan, celui de Chinese Taipei. À cause de la non-reconnaissance de Taiwan par une part très importante de la communauté internationale et sous pression de la Chine (RPC), Taiwan ne peut pas utiliser le terme République de Chine, sa dénomination officielle. Le nom Chinese Taipei est un compromis entre Taiwan, qui refusait l’utilisation du terme Chine pour ne pas insinuer une quelconque soumission de l’île à la RPC, et la Chine, qui refusait de son côté l’utilisation des termes Taiwan et République de Chine, car pouvant laisser penser à une indépendance de Taiwan, contraire à son idéologie d’une « Chine unique ». En plus d’être privé de son nom, Taiwan est également obligé d’arborer un autre drapeau et une hymne différent. Les 23 millions de taiwanais sont donc présentés sous l’apparence d’une nation qui n’existe pas (Chinese Taipei).

Quelques autres noms

D’autres noms sont ou ont aussi été utilisés pour qualifier Taiwan. On peut noter par exemple le nom Takasago utilisé par les japonais depuis le 16ème siècle pour qualifier Taiwan. Les « volontaires » taiwanais enrôlés dans l’armée japonaise pendant le seconde guerre mondiale étaient d’ailleurs qualifiés de « Volontaires de Takasago ». De nos jours ce nom n’est plus utilisé. On peut aussi trouver quelques fois la version pinyin de la version chinoise de Chinese Taipei, Zhonggua Taipei. On peut également tomber sur les termes Taipei, China, utilisé notamment en Chine (RPC) ou Taiwan, Province of China du côté de l’ONU. Dans ces deux cas, l’indépendance de fait de Taiwan est éclipsée, au profit d’une « appartenance » à la Chine.

Photo de Pai Shih, publiée sous licence CC 2.0.

  1. La conscience « Pingpu » dans la société taiwanaise contemporaine – Les rapports entre l’histoire et l’ethnicité de Pan Inghai et Sarah Cowen

Commentaires

1 Comment

  1. Merci pour votre réponse rt

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*