Lieu

[Temple] Taipei Confucius Temple 臺北孔子廟

Situé au nord du district de Datong 大同區, dans l’ouest de la capitale taiwanaise, le Taipei Confucius Temple frappe, en comparaison avec son voisin le vénérable et célébre Baoan Temple 大龍峒保安宮, par sa sobriété et le calme qui se dégage des lieux, renforcé par la beauté de l’endroit, que ce soit en termes d’architecture ou d’ornements.

L’histoire du temple

L’origine du Confucius Temple remonte à 1879, année du début de sa construction. Deux ans plus tard, le hall principal, le hall d’entrée et le tombeau (le Da Cheng Temple, la Yi Gate et la Chong Sheng Shrine) sont ouverts. Lors de la deuxième année, grâce aux dons de la noblesse locale, les constructions de la Li Gate, du Yi Path, du Ling Xing Gate, du Pangong Pond et du Wan Rengon Wall débutent, pour s’achever en 1884. Des cérémonies annuelles y sont tenues dès lors, de 1885 à 1891, sous l’égide du premier gouverneur de l’île, Liu Ming-chuan, dont la mémoire se souvient pour ses efforts dans la modernisation de Taïwan.

En 1895, l’Empire de Chine cède Taiwan au Japon suite à sa défaite lors de la première guerre sino-japonaise dans le cadre du traité de Shimonoseki et le temple est alors converti en hôpital militaire pour soldats nippons. Cette occupation va se traduire par la destruction et la perte de nombreuses tablettes et instruments, pendant que le temple tombe lui en désuétude et les cérémonies arrêtées.

En 1907, la destruction du temple est ordonnée par les japonais pour faire place à la nouvelle Taihoku Daiichi KotoJogakko, soit la Taipei First Girls’ High School. Peu de temps après, un pavillon fut construit à l’intérieur de l’école pour y entreposer les tablettes de Confucius ainsi que d’autres reliques du temple détruit. Le pavillon était alors ouvert une fois l’année, le jour de l’anniversaire de Confucius (28 septembre), pour permettre aux professeurs et étudiants de venir s’y recueillir.

En 1925, afin de permettre la reconstruction du temple, des officiels, des bourgeois et des hommes d’affaires sont sollicités pour plancher sur le sujet. Après deux ans de préparation, la reconstruction débute en 1927, sous les ordres de Wang Yi-shun, qui avait déjà œuvré sur le Lungshan temple et le Mengchia Temple. En 1931, avec la construction achevée du Chongsheng Shrine, de la Yi Gate et des bâtiments, l’anniversaire de Confucius est célébré pour la première fois à Taipei depuis plus de 30 ans.

Par manque de fond, la construction est mise en pause, et il faudra attendre 1939 pour que le temple soit achevé. L’année suivante, l’occupant japonais interdit la cérémonie traditionnelle de Confucius, remplacée par une cérémonie shintoïste. Les cérémonies en l’honneur de Confucius reprendront en 1946, après la rétrocession de Taiwan à la République de Chine suite à la rédition japonaise de 1945.

En 1953, débute la construction du Minglun Hall, qui, faute de fonds, n’avait pas été reconstruit en 1929. Le bâtiment se verra d’ailleurs ajouter une salle de séminaire, un coin culture, une salle d’exposition et une librairie, lors de sa restauration et de son extension, en 1991.

Le Temple

Comme expliqué rapidement en introduction, le Taipei Confucius Temple tranche avec bon nombre d’autres temples que l’on peut trouver à Taipei et la comparaison n’en ait que plus flagrante avec la proximité du Baoan Temple.

Dorures et ornements légers, le temple dédié à Confucius dégage une tranquillité, même en pleine après-midi. D’ailleurs, lorsque j’y suis allé, en plein milieu de semaine, à part quelques touristes et habitants du coin, seuls une classe scolaire troublée le temps de quelques minutes le silence des lieux. Mais l’endroit est sans doute plus animé durant le weekend (je n’ai pas été vérifier). Avant de faire face au majestueux Dacheng Hall, élément central du temple, il faut tout d’abord passer deux portes, que sont la Linxing Gate et la Yi Gate (ou Dacheng Gate). La première symbolise l’éducation de Confucius aux grands hommes, tandis que la seconde ferme le lieu principal du temple. La porte centrale de la Yi Gate est fermée, ne s’ouvrant que lors des cérémonies annuelles. En passant la porte on ne peut manquer l’imposante cloche (Yang) accompagnée d’un tambour (Yin), utilisés d’ailleurs lors de ces cérémonies.

Une fois passé la porte, Dacheng Hall trônant au milieu de l’enceinte se dresse au centre de la grande cour de pierre dans une tranquillité toute reposante. Lors des cérémonies, les différentes personnes prenant part aux festivités ont des places biens définies sur cette grande cours, donnant un aspect encore plus solennel à l’ensemble. Si le Dacheng Hall trône ainsi au centre du temple, de façon surélevé, c’est qu’il renferme en son sein la tablette de Confucius. Large comme cinq pièces et profond comme six pièces, l’édifice est entouré de 42 piliers sculptés et coiffé d’un toit double caractéristique. Bien que récent dans sa construction, le bâtiment, comme l’ensemble, dégage un sentiment de fort tradition. A noter les deux piliers où s’y enroule deux dragons, véritable travail d’orfèvre.

Le Dacheng Hall est entouré à l’est et l’ouest de deux longs batiments, où l’on y retrouve notamment des salles dédiés à l’histoire et pensée de Confucius. Au dos du Dacheng Hall se dresse le Chongsheng Shrine, où sont vénérés les ancêtres de Confucius sur cinq générations.

De part sa proximité avec le Baoan Temple 大龍峒保安宮 et peu couru des touristes, la visite du Taipei Confucius Temple 臺北孔子廟 est donc hautement recommandée, afin d’y admirer sa beauté architecturale, des multiples détails aux raffinement ornant toits et colonnes, tout en faisant une petite pause loin du tumulte de la ville afin d’y retrouver calme et sérénité, à l’image de la description que fait Confucius du sage (« Le sage est calme et serein. L’homme de peu est toujours accablé de soucis. »). À noter l’effort dans l’accueil des personnes ne parlant pas chinois, avec de nombreuses indications et aides en langue anglaise.

temple-taipei-confucius-temple-map

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*