Musique

Interview de Anniedora 安妮朵拉

Formé en 2009 et mis sous le feu des projecteurs grâce à un Golden Indie Music Award, le trio Anniedora 安妮朵拉 distille depuis des mélodies folks où se mélangent petits détails de la vie, fragments d’émotions et paysages du quotidien. Afin de faire plus plus ample connaissance avec le groupe et son univers, voici une petite rencontre avec Annie.

Bonjour et merci d’avoir accepté cette interview. Pouvez-vous nous présenter Anniedora 安妮朵拉 et les différents membres du groupe ?

Bonjour amis de France !

Anniedora 安妮朵拉 est un groupe de musique folk taiwanais formé en mars 2009. Au début, nous utilisions trois guitares pour notre musique et les membres était A-fan, Ding Dong et moi-même. Au départ, nous ne nous attendions pas et n’avions pas de plan pour un groupe complet. C’était juste, à ce moment-là, un petit essai et nous avons pris énormément de plaisir. Quelques années après, nous avons réalisé que nous avions besoin d’un rythme pour rendre notre musique vivante et pleine d’énergie, donc, récemment, nous avons invité un batteur, A-ming, à se joindre à nous et nous sommes devenu un quatuor folk. Il est un peu bizarre que nous n’ayons de bassiste, peut-être dans le futur.

A-ming, A-fan et Ding-Dong ont un travail en relation avec la musique. Ils ont donc de très bonnes compétences à la batterie et à la guitare, ainsi que dans la composition. Mais moi, je ne peux pas en vivre à cause de ma faible compétence en guitare. Je suis donc ingénieure dans une compagnie de semi-conducteurs à Taiwan. Nous avons l’habitude de nous réunir, de répéter et de jouer le weekend, et nous sommes content de cet équilibre entre travail et groupe.

Notre style de musique est principalement de la folk, avec un peu de rock ou de jazz. Certaines de nos chansons sont douces comme le vent au printemps. Certains sont mignonnes comme les abeilles en été. Certains sont tristes comme les feuilles en l’automne. Certains sont chaleureuses comme le feu en hiver. Tout ce que nous voulons partager est la manière positive de de regarder notre vie à travers notre musique.

Quel est la signification du nom du groupe ?

J’avais un blog de musique pour publier les nouveaux morceaux, que j’avais nommé au début « Annieduo ». Ça ne voulait pas vraiment dire grand chose. Je passais ensuite mes nouveaux morceaux à A-fan, pour qu’il les complète et les compose. Puis Ding-dong nous a rejoint. Le nom Ding-dong signifie « Japan Doraemon » en chinois, donc nous avons pris le son « dora » pour former Anniedora. Nous pensons que c’est fun et unique.

Votre musique mixe folk, Latin Jazz et soft rock. Comment la décririez-vous ?

En fait, la plupart de nos morceaux ont été composés, au début, sous une forme folk, car la guitare était l’instrument de base quand j’ai écris ces morceaux et la façon de composer de A-fan est proche du folk ou fingerstyle. Il a également essayé d’ajouter parfois quelques éléments de soft rock en utilisant une guitare électrique. Ding-song est fan de guitare de jazz et il est bon en composition de jazz, latin et big band. Donc, il y a essentiellement deux types de style dans notre musique. En fait, nous aimerions exprimer notre musique à travers de nombreuses façons, et nous ne voulons pas nous restreindre à un style unique. Mais peu importe le style, les chansons sonnent comme « Anniedora ». Si nous devons nous limiter à un style pour présenter Anniedora, c’est probablement à la folk, après tout, c’est la forme de base lorsque trois d’entre-nous sont présents en concert.

interview-de-anniedora-1

Parlez-nous un peu des sujets que vous abordez dans vos morceaux. D’où tirez-vous votre inspiration ? Que voulez-vous partager avec votre musique ?

La plupart de nos morceaux sont en relation avec l’amour et l’attitude positive de la vie, comme dans Neverland, le sens de la vie, et ainsi de suite. Même les aspects négatifs comme par exemple dans Selfish (décrivant un gars égoïste comme un poisson d’orée séjournant dans un bocal) ou 巴別塔之謎 (décrivant les problèmes de communication entre les membres du groupe), nous exprimons cela de façon amusante en paroles ou à travers la mélodie de la musique.

Tout ce que nous voulons partager est l’énergie positive de la vie. Nous serions ravis que les gens croient en l’amour, d’encourager les gens à posséder la beauté intérieur, et que tout ira bien si vous y croyez.

L’inspiration vient de ma vie. J’ai été élevé par ma grand-mère, mes parents n’étant pas présents autour de moi quand je suis née. Enfant, j’étais sensible et précoce. J’ai eu des moments difficiles durant mon adolescence. Je me demandais pourquoi mes parents n’étaient pas autour de moi et pourquoi j’étais différente des autres enfants, pourquoi je ne pouvais pas avoir une famille normale, comme les autres. Mais avec une grand-mère me chérissant et prenant soin de moi, j’ai eu de bons résultats à l’école (je voulais peut-être juste prouver quelque chose) et après l’école, j’ai eu un bon travail et j’ai trouvé des intérêts (musique, groupe) à ma vie, trouvé l’amour et je me suis mariée. C’est précieux que je traite ma vie de façon positive, et enfin trouver la meilleure façon de vivre. Je veux encourager les gens à trouver la meilleure façon de vivre s’ils n’ont pas renoncé à la trouver. Je veux partager la beauté de la vie et des bonnes choses, une énergie positive.

Récemment, les nouveaux morceaux sont à propos de mon bébé, qui a un an. Il est tellement mignon qu’il est devenu ma source d’inspiration. Les chansons parlent de l’amour pour mon enfant, et c’est la même chose que je veux partager avec les gens.

Comment travaillez-vous sur un morceau ?

J’écris les paroles et la mélodie, et réalise une démo simple à la guitare puis l’envoi à A-fan ou Dingding pour la composition. Puis nous nous réunissons pour la composition finale. Ensuite, nous enregistrons la partie vocale et le mix. C’est la façon de faire pour une démo. Pour un album, nous louons un studio d’enregistrement.

Vous ne chantez pas uniquement en mandarin, mais aussi en taiwanais et en anglais. Pourquoi ce choix ? 

La musique n’est pas supposée se restreindre au langage. J’utilise juste le langage quand un nouveau morceau arrive dans ma tête, des fois en anglais, des fois en taiwanais. Si j’apprends le français un jour, j’écrirais certainement un morceau en français.

En 2010, vous avez remporté un Golden Indie Music Award (最佳民謠數位發表獎 avec 海芋季), seulement un an et demi après vos débuts. Qu’avez-vous ressenti à ce moment ? Cette récompense a boosté votre carrière ?

Cet award nous a en effet encouragé. Comme nous avons rencontré de nombreux musiciens là-bas, cela nous a donné le sentiment que nous étions nous aussi dans le cercle de la musique ! Mais au final, nous devons nous concentrer sur les performances devant notre public. Ce fut un coup de pouce et la raison qui nous encourage à aller de l’avant.

Parlez-nous un peu de ce morceau en particulier, 海芋季.

Nous aimons cette chanson. Elle est la fois simple et belle. C’était une compétition de chanson. J’ai collecté toutes les informations sur Internet. Bien que je ne ai jamais eu l’expérience de voir un champ de Calla Lily, seulement des photos sur Internet, c’était si beau. Je serais très heureuse d’y aller et de profiter de la belle Lily, la vallée dans la montagne, le brouillard le matin, avec mon cheri. À travers les images et l’imagination, j’ai écrit cette chanson mignonne. Des années après, nous avons eu la chance de nous y rendre. C’était génial et je suis très heureuse d’avoir écrit cette belle chanson.

J’ai découvert Anniedora 安妮朵拉 avec le titre Neverland 永無島. Parlez-nous un peu de ce morceau.

Neverland 永無島 parle de ma vision de l’amour. Passer du temps, vieillir, sont de belles expériences quand nous avons quelqu’un à nos côté. C’est le concept du contraste entre Neverland 永無島 et notre vie réelle, et nous voulons exprimer ce fort contraste, cette expérience profonde, donc nous avons choisi de parler de l’amour de la jeunesse à la vieillesse. Il n’est pas facile d’exprimer clairement cette émotion, mais le réalisateur et les acteurs l’ont fait dans le MV.

En plus d’importants festivals à Taiwan (Simple Life Festival, Spring Scream, etc), vous avez aussi participé au Strawberry Music Festival en Chine et au Okinawa International Asia Music Festival au Japon. Comment les publics chinois et japonais ont accueilli votre musique ? Quels sentiments et souvenirs conservez-vous de ces concerts ?

Les opportunités sont arrivées comme ça. Nous avons pris part à des compétitions et des gens nous connaissant nous ont invité à différents festivals. Nous sommes très contents d’aller à l’étranger pour jouer notre musique, nous voulons juste apporter la musique que nous aimons et que nous voulons partager. Si le public peut se sentir joyeux ou avoir d’autres émotions en écoutant notre musique, ça serait formidable que nous puissions être sur la même fréquence. Ceux sont de belles expériences car nous avons beaucoup apprécié, et nous nous réjouissons de toutes les possibilités que nous avons de jouer à l’étranger ! Dans le même temps, nous voyons aussi les performances des groupes locaux et c’est génial de sentir les différences dans la musique, qui sont également une sources d’inspirations.

Plus généralement, est-ce simple pour un groupe indie d’être connu à Taiwan ? L’environnement est-il favorable ? Comment vous débrouillez en terme de promotion ? Plus généralement, quel est votre point de vue concernant le scène musicale taiwanaise ?

Il y a de nombreux live houses à Taipei, et de plus en plus à Taiwan, notamment ces dernières années, ce qui pourrait être un signe indiquant que la performance live semble être le moyen le plus important pour un groupe de faire connaitre sa musique, au lieu de simplement sortir un CD. Si votre groupe souhaite faire une tournée promo autour de Taiwan, vous pouvez facilement trouver des salles dans chaque ville. Mais, comparé au Japon, il n’y a pas encore beaucoup de live houses à Taiwan. En tant que groupe indie, nous aimerions voir plus de live houses et que le public taiwanais prenne l’habitude de rejoindre ce genre d’activités musicales. Ces dernières années, c’est de mieux en mieux.

De plus en plus de groupes taiwanais jouent à l’étranger. Pensez-vous que la musique taiwanaise puisse se faire une place en dehors du monde chinois ? 

Que je sache, le style de musique de certains groupes taïwanas est intéressant. Ils ont leur propre style, ils peuvent donc sans doute être acceptés en dehors du monde chinois. La plupart des groupes mettent l’accent sur les paroles, le style de la musique ou la diversité n’étant pas si forts.

Pour terminer, avez-vous un message pour vos auditeurs français ?

La prononciation de le langue française me fascine. Peut-être qu’un jour j’aurais la chance d’apprendre le français et de faire une chanson dans cette langue !

Remerciements à Annie 陳以恩 pour le temps qu’elle a consacrée à cette interview.
Si des tournures de phrases ou des points vous semblent bizarres n’hésitez pas à me le signaler.

interview-de-anniedora-2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*