Musique

Résultats des 4èmes Golden Indie Music Awards 金音創作獎

Samedi soir (26 octobre), pour la quatrième année (première édition en 2010), les artistes taiwanais indépendants étaient mis à l’honneur, à travers la cérémonie des Golden Indie Music Awards. Ayant eu le plaisir de pouvoir m’y rendre, voici un petit retour sur la cérémonie et les différents résultats. Cette année, c’est au National Taiwan University Sports Center 國立臺灣大學綜合體育館 et son immense gymnase (4200 places) que la cérémonie a posé ses valises. L’endroit accueille d’ailleurs régulièrement d’importants événements. La chose qui frappe, année après année, est le niveau, autant qualitatif que quantitatif, extrêmement élevé. Ça déborde de talents dans tous les sens, démontrant, s’il le fallait encore, la vitalité et l’éclectisme de la scène musicale indépendante taiwanaise, et l’on comprend mieux l’influence qu’à celle-ci sur le monde musical chinoise dans son ensemble. Concernant l’organisation en elle-même, rien à redire, que cela soit sur ou dehors de la scène. On est loin des errements et bourdes monumentales d’une certaine « cérémonie » française, organisée par deux célèbres lessiveuses intellectuelles.

Au niveau des récompenses, c’est l’institution Lin Sheng-xiang 林生祥 qui repart les bras bardés d’Awards, avec le Best Album Award, le Best Musician Award (en compagnie de Xu Yuying et Liu Sheng Hui) et le Jury Prize. Chthonic 閃靈 repart avec le Best Band Award et l’Award for Best Rock Album. En parlant de Chthonic 閃靈, je ne connais pas beaucoup de pays où un groupe de metal se verrait ainsi récompenser et acclamer unanimement à la fois par les critiques et le public. Pour le Best Singer Award, c’est Joanna Wang 王若琳, malheureusement absente, qui est primée. A noter aussi la double récompense pour Yuhan Su 蘇郁涵, qui repart avec le Best Newcomer Award et Best Jazz Album Award, et dont la mère a assuré le spectacle, faisant rire tout le public, notamment lors de sa venue pour récupérer la seconde récompense de sa fille, et la lecture de son interminable lettre de remerciements. Le Award for Best Jazz Singles revient à Yuying Hsu 許郁瑛, qui chose assez sympathique, était alors présente sur scène afin de remettre le… Award for Best Jazz Singles. Le Best Live Performance Award revient au quatuor 88balaz et le Award for Best Rock singles à LTK Commune. Deux groupes que je vous invite fortement à écouter si n’est déjà fait. Côté folk, le Award for Best Folk Album est attribué à 謝銘祐 et le Award for Best Folk Song à Li Ziheng 李子恆. Côté hip-hop, c’est sans grade surprise l’historique MC HotDog qui repart avec le Best Hip-Hop Album Award, pour non pas un album original mais un best-of, tandis que Xiao Ren 小人, avec son titre 兇手不只一個, décroche le Best Hip-Hop Song of the Year. Au niveau R’n’B, c’est 從缺 qui empoche le Best R&B Album Award. Le Best Rhythm and Blues Song of the Year revient quand à lui à la très sympathique Yachun Asta Tzeng 曾雅君. On termine par le coup double de Dead Horse 音速死馬 qui rafle les deux awards dédiés à la musique électronique, à savoir le Best Electronic Music Album Award et Best Electronic Music Song of the Year. Petite déception pour Tizzy Bac, trois nominations, et Zhang Xuan, deux nominations, qui repartent sans rien. Voilà qui en dit encore une fois long sur la qualité de la scène musicale locale, pour que de tels artistes / groupes repartent sans rien. En espérant n’avoir oublié personne.

Pour terminer, je tiens à remercier l’inconnue qui, lors du concert de Frandé vendredi soir (et donc le live report arrivera un jour), m’a offert une invitation pour venir assister à la cérémonie, comme ça, le plus gentiment du monde. 謝謝 !

Au passage, vous pouvez visionner l’intégralité de la cérémonie par ici.

resultats-4eme-golden-indie-music-awards-scene

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*